Délégationdu Rhône

Rapport statistique annuel du Secours Catholique-Caritas France

État de la pauvreté dans le Rhône 2019

Le Rapport statistique 2019 du Secours Catholique sur l’état de la pauvreté en France présente ses constats et analyses issus d’observation de plus de 72 000 situations (sur les 1 347 500 personnes accueillies en 2018). Nous présentons ici des éclairages sur les personnes rencontrées dans le Rhône

État de la pauvreté dans le Rhône 2019

Dans le Rhône, en 2018, le Secours Catholique a rencontré près de 6 160 situations de familles ou de personnes isolées, soit environ 11 500 personnes. Les raisons pour lesquelles les personnes viennent dans un accueil du Secours Catholique sont diverses. Le premier besoin exprimé reste le fait d’être accueilli, écouté, conseillé : 62 % des personnes le mentionnent. Les demandes relatives aux démarches administratives sont en augmentation (28 %).

Retrouvez les éléments du rapport et des témoignages : https://www.secours-catholique.org/...

Si l’on met de côté la maison Sésame, qui accueille essentiellement des hommes seuls (79 %) et des femmes seules (17 %), la composition familiale des personnes reçues dans nos accueils fait ressortir quatre groupes principaux : 25 % d’hommes seuls, 23 % de femmes seules, 21 % de mères isolées, 21 % de couples avec enfants. La part des hommes seuls augmente.

Dans les équipes locales, 60 % des personnes ont entre 25 et 49 ans. À Sésame, 52 % ont moins de 25 ans, 88 % moins de 39 ans.

Ressources Le revenu moyen par UC, des personnes ayant un revenu est de 565 € en 2018, est en hausse de 40 € en quatre ans. Très au-dessous du seuil de très grande pauvreté à 40 % qui est de 693 €. Toutes personnes confondues, le revenu moyen est à 399 €. Ce niveau de ressources des personnes accueillies se situe massivement très en dessous du seuil de très grande pauvreté, fixé à 40 % du niveau de vie médian des français : ● 97 % vivent sous le seuil de pauvreté, situé à 60 % du revenu médian des français (1056 € par unité de consommation) ● 90 % vivent sous le seuil de grande pauvreté situé à 50 % du revenu médian (880€ par unité de consommation) ● 78 % vivent sous le seuil de très grande pauvreté situé à 40 % du revenu médian (704 € par unité de consommation)

La principale évolution concerne la précarisation croissante des personnes en attente d’un statut, sans droit au travail, sans ressources légales, en précarité d’hébergement.

● Le taux de personnes sans ressources augmente continûment depuis plusieurs années et atteint 23 %. De même, la part de personnes faisant état « d’autres ressources  » : soutien familial, revenus informels augmente et représente 20 % des situations. ● Hors accueil Sésame, la part de situations en logement précaire atteint 27 %, la moitié hébergée par de la famille ou des amis. 96 % des personnes accueillies à Sésame sont en hébergement précaire ou à la rue. ● La proportion de personnes ne vivant que de revenus du travail revient à 16 %. La proportion de personnes ne vivant que de ressources de prestations sociales est de 19 %, auxquelles viennent s’ajouter certains demandeurs d’asile percevant l’allocation demandeurs d’asile (ADA). La proportion (41%) et le montant moyen des impayés diminue, tout en restant à un niveau très élevé. Emploi Hors demandeurs d’asile, la part des personnes en emploi reste très faible à 13 % et en baisse (-2 points). Parmi les 20 % de personnes se déclarant en recherche d’emploi, 7 % sont indemnisées et 11 % sans droits reconnus. À contrario, la part des personnes ni en emploi ni au chômage augmente encore à 69 %, dont 25 % sans droit au travail, un chiffre en augmentation de 6 points. Étrangers ● Les étrangers, quelle que soit leur situation administrative, sont les personnes les plus en précarité que nous rencontrons, et comme notre projet met l’accent sur la rencontre des personnes les plus précaires, il est logique qu’ils prennent une place importante dans nos accueils. ● Au global, dans le Rhône, environ 72 % des personnes rencontrées sont de nationalité étrangère, une proportion stable depuis au moins cinq ans. Sur ces 72 %, 2 % sont des ressortissants de l’UE, 14 % du Maghreb, 35 % de l’Afrique subsaharienne, 14 % de l’Europe de l’Est. ● 25 % des étrangers rencontrés ont un statut accordé, 62 % sont en attente, 13 % se disent déboutés ou sans papiers. ● 72 % maîtrisent le français. ● 29 % sont en France depuis moins de six mois (accueil Sesame), 43 % depuis plus de deux ans (accueil des équipes locales).

Imprimer cette page

Portfolio