Délégationdu Rhône

Été comme hiver, la solidarité et l’amitié font pousser fleurs et légumes dans nos jardins

Pour le Secours Catholique, les jardins n’ont pas pour seul objectif de faire pousser fleurs et légumes. Ils permettent aussi des rencontres entre les jardiniers, été comme hiver. Plusieurs Jardins solidaires du Secours Catholique dans le Rhône : Anse, Arnas, Belleville, Caluire, St Symphorien sur Coise, Ste Foy lès Lyon, Lyon 3 et Givors.

Été comme hiver, la solidarité et l'amitié font pousser fleurs et légumes dans nos jardins

publié en janvier 2016

Pour le Secours Catholique, les jardins n’ont pas pour seul objectif de faire pousser fleurs et légumes. Ils permettent aussi des rencontres entre les jardiniers, été comme hiver. Cette activité se fait souvent en partenariat avec d’autres associations. Les mairies n’hésitent pas à apporter leur aide, que ce soit en prêtant un terrain ou en accordant des subventions. Le conseil régional, lui aussi, contribue financièrement à la réussite des différents projets. À Belleville-sur-Saône, le Secours Catholique travaille en partenariat avec le centre social, la Maison du Rhône (MDR) et la Mutualité sociale agricole (MSA).

L’été est la période des récoltes, mais c’est aussi celle des rencontres avec ceux qui aident au bon fonctionnement des jardins. A Caluire, ce sera un repas partagé. À Belleville-sur-Saône, ce sera un barbecue et, au début du mois de juillet, une journée « portes ouvertes » pour toutes les personnes qui contribuent à la réussite des jardins. La mairie est, elle aussi, de la partie.

À la belle saison, le jardin de Caluire est ouvert deux ou trois après-midi par semaine, et les animateurs du jardin assurent une présence à chaque ouverture.

L’hiver n’est pas une saison morte. À Caluire, on récolte surtout le bonheur de se retrouver deux après-midi par semaine. On entretient le jardin et on prépare la prochaine saison ou tout simplement on se retrouve pour échanger.

L’hiver est aussi la période des bilans. À Belleville, un animateur a rencontré individuellement tous les jardiniers, qui ont ainsi pu s’exprimer.

Les jardiniers apprécient les échanges sur les savoir-faire et les astuces.

Que ce soit à Belleville ou à Caluire, en dehors de la culture de leur parcelle, tous les jardiniers participent aux activités communes : entretien des chalets, des parties communes, ou encore, culture des parcelles cultivées en commun.

À Caluire, l’accent est mis sur l’aspect naturel des jardins. La « farine de plume » et le fumier de cheval échangé contre un nettoyage des écuries remplacent les engrais chimiques. Un fermier fournit également le fumier aux jardiniers de Belleville.

Les jardins permettent de déguster de bons légumes, mais cette activité permet aussi de développer la solidarité et l’entraide entre les jardiniers. Grâce aux jardins, c’est toute une chaîne d’amitié qui se crée, une collaboration qui s’établit avec d’autres associations et aussi, avec les mairies et le conseil régional.

Les légumes ont un bon goût de solidarité, et les fleurs sentent bon l’amitié.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne